[La Boa]

Les différentes missions menées au sein du projet Wanamei nous ont permis d’analyser les méthodes et dispositifs utilisés par les mineurs artisanaux pour l’extraction de l’or.

Dans cette région, l’or alluvial est présent sous forme de paillettes d’une taille comprise entre 40 et 450 microns.

L’extraction de l’or alluvial consiste à extraire les paillettes d’or du sable aurifère.

Pour cela, les mineurs utilisent plusieurs types de méthodes et dispositifs.

La première méthode consiste à succioner le matériel aurifère par le biais de trois dispositifs principaux :

  • La chupadera : c’est un dispositif qui érode le terrain avec un jet d’eau. Le matériel érodé est ensuite aspiré avec un tube de succion
  • La traca : c’est un dispositif flottant placé sur des terres inondées. L’extraction se fait en plantant un tube d’aspiration dans le matériel aurifère immergé.
  • La caranchera : c’est un dispositif flottant placé sur les rives du fleuve. L’extraction se fait en plantant un tube d’aspiration dans le matériel aurifère immergé.
image1 neb

Chupadera / Traca / Caranchera – © Edana

La deuxième méthode d’extraction est semi-industrielle et consiste à utiliser des machines mécanisées lourdes pour charger du matériel aurifère sec (excavatrice, chargeur frontal, etc.).

Ces méthodes d’extraction sont particulièrement dangereuses pour les opérateurs :

  • L’obstruction du tube d’extraction oblige un opérateur à plonger régulièrement sous l’eau pour débloquer les pierres. Il est constamment plongé dans les eaux turpides et polluées par les hydrocarbures.
  • Risques d’ensevelissements des opérateurs
  • Nuisances sonores importantes des moteurs utilisés, etc.

Elles sont aussi nocives pour l’environnement :

  • Arbres coupés et arrachés
  • Etendue des sites d’excavation car il n’est pas possible de creuser en profondeur
  • Pollution des eaux et des sols
  • Création de nappes phréatiques
  • Pas de restauration des sols des sites d’extraction, etc.

De plus, ces machines sont couteuses pour les mineurs, à l’achat et lors des pannes qui ne se sont parfois pas réparables sur place.

C’est pourquoi l’équipe du projet Wanamei et les groupes de travail ont mobilisé un effort particulier pour améliorer ces techniques d’extraction et concevoir un dispositif visant à remplacer/améliorer le système de succion actuel.

Nos premières idées se sont dirigées vers la conception d’une cloche de creusage afin d’extraire en profondeur, mais cela n’a pas été validé lors des essais réalisés sur le terrain avec les mineurs.

C’est pourquoi – compte-tenu de cette dynamique contextuelle – l’équipe du projet a proposé un travail sur une mini-excavatrice polyvalente permettant à la fois d’extraire le matériel aurifère, le transporter sur la rampe et également nettoyer le site d’extraction avant et après exploitation (arbres, résidus de pierres). Les mineurs ont validé ce concept modulaire, leur permettant à la fois l’extraction de l’or et la récupération des sols.

Ce concept global – que nous appelons « La Boa » en référence à des mythes locaux sur les fleuves – s’inscrit donc dans notre logique d’amélioration des pratiques minières locales et vise à réduire la pénibilité au travail et les impacts environnement en Amazonie péruvienne.